Prisonnière

15/01/2012 21:27

    Je regarde toujours ailleurs, le nez collé à la vitre, le seul endroit qui permet de rêver dans ce monde qui me paraît être une prison. Même si le rêve s'écrase contre les murs froids et austères. Un rêve avorté, emprunt d'un saisissable non-sens.
    C'est absurde toute cette comédie, je ne supporte plus, je ne peux plus paraître heureuse, lorsque d'autres visages observent le mien.
Mes larmes sont du sang qui coule, traçant de grandes traînées rouges sur mes joues. Mon passé me mange, il me dévore, il veut me tuer, je vous en supplie, il n'y a plus d'espoir, comment pourrais-je vous montrer ces horreurs qui me tuent, comment pourrais-je vous dire que je n'ai plus la force, pour voir du bien en ce monde. Comment vous dire la terreur qui m'habite chaque jour, chaque nuit, chaque seconde.
    Parce que la certitude d'une mort proche ne me quitte jamais. Je m'imagine pendue à chaque arbre, noyée dans chaque lac. Et lorsque je lève les yeux au ciel, je me vois sauter du haut de ces HLM.
    Des pensées qui surgissent de l'enfer pour disparaître aussitôt. Elles te rappellent souvent, en 1 millième de seconde, que tu ne guériras pas, jamais.
Pour ne plus voir, je fermes les yeux, mais ce noir m'effraye, Il rejoint la mort, Il est sa complice ! Jamais je ne retrouverais le repos, finalement je suis déjà morte, il n'y a pas de Dieu ni d'Enfer, seule reste la solitude.
    Mes yeux brûlent, mon dieu, tant de tristesse, ma tête vibre, mon regard qui traverse tout ce qu'il peut atteindre le rend vide, hideux.
Il ne me reste que peu de temps à vivre, le sablier arrive à sa fin. Les derniers grains s'entrechoquent, m’ensevelissent, je manque d'air, je n'ai jamais eu d'oxygène, je n'ai jamais pu vivre. Ma vie aurait dû être avortée.
    Il faut mettre fin à cette torture avant que la folie ne me rattrape, il faut trouver l'élan de stopper, nette, cette existence. Cette non-existence.

© 2012 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode