L'isolement n'a jamais qu'une seule responsabilité.

02/03/2012 14:57

Je voudrais aider le monde, t'aider toi, toi et toi. Je voudrais serrer dans mes bras ceux qui souffrent et leur dire que je suis là et que je les aimes. Je voudrais donner des réponses, poser les bonnes questions, je voudrais tenir toutes les mains qui tremblent, regarder tous les yeux qui pleurent. Je voudrais donner tout mon temps et tout mon souffle à ceux qui manquent de temps ou qui manquent d'air. Je voudrais bannir l'exclusion, je voudrais payer le pauvre. Je suis triste de voir les gens tristes.
Et pourtant je te contemple, toi, clochard, et je détourne le regard. Pourquoi ? Parce que je suis impuissante, que pourrais-je dont faire ? Tout. La plus petite chose est bonne à faire. Pourras-tu un jour me pardonner ? Peu importe, moi je ne me pardonne pas. Mais je réfléchis... Que fais tu là, errant dans les rues de cette petite ville depuis des années ? Tu es connu des badauds, pour être le fou alcoolique et bête de foire. On te connait et te reconnait. Tu ne te rends pas compte... à moins que si, peut être. Le hasard fait que je sais que tu as un jeune fils. Tu as perdu le droit d'être son père. De toute façon tu as perdu le droit d'exister. Non, pas tout à fait. Nous t'avons fais perdre le droit de vivre, nous, les badauds. Mais personne n'y pense plus, ça fait si longtemps, nous sommes habitués. Même plus choqués qu'un homme à la dérive dangereux pour lui-même soit à l'abandon seul et méprisé. Tu fais partie du paysage. Est ce que l'idée à effleuré l'un de nous de t'aider ? Une seconde, un jour, il y a trois ans, peut être. Comment est-ce possible qu'après t'avoir vu nous rentrions dans nos foyers retrouver ceux qu'on aime et te laisser pourrir dans un minuscule coin paumé de notre existence ? Qu'avons nous fais pour toi ? Serions nous capable de te laisser mourir ? Mais oui, c'est ce que nous faisons déjà. Qui sommes nous ? Des monstres ? Je ne suis plus sure...

© 2012 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode