Ecoute

08/06/2012 12:17

Lorsque le vide s'installe dans la noire dépression, la colère, la joie, les rires périssent. Seule perdure la distance qui ne cesse de s'accroître. Sans émotions, sans âme, parmi les vivants. Ainsi la vie se dématérialise, car tu ne rejoins jamais l'autre, tu es seule dans un monde qui vit sans toi. Tu es l'étrangère à leurs cœur, et s'ils ne le pensent pas, c'est un leurre.

Mais chut, écoute le bruit du vent, caresse cette brise en fendant l'air de tes mains, savoure, de sentir tes pieds chauds sur le sol... Respire ! J'ai quitté cet état de désespoir, où même l'odeur du vent qui traverse les sapins au printemps m'étaient imperméable.

Je suis libre, je suis là.

© 2012 Tous droits réservés.

Créer un site internet gratuitWebnode